Le Petit Nuage qui caresse la Montagne

Posté dans : Poèmes 0
mont bugarach com animale

Le petit nuage qui caresse la montagne

 

Le petit nuage tout de aoute vêtu

Tout blanc de neige

Vole dans les airs

Serein, fier et heureux

 

Le petit nuage tout heureux

Tout mousseux

Joue avec les airs chaud froid

Friant de sensation

 

Le petit nuage tout émoustillé

Tout vivifié

Monte et descend dans les airs

De délice et de bonheur

 

Le petit nuage tout rire aux éclats

Tout heureux

Joue avec le temps

Sans prise sur lui

 

Le petit nuage tout éclatant de bonheur

Tout de bonne humeur

Compte moutons et arbres

Sans discontinuité

 

Le petit nuage tout vibrant

Tout chantant

Parle au vent

Passionnément

 

Le petit nuage tout en s’activant

Tout en émotion

Caresse la montagne

De sa main de coton

 

Le petit nuage tout en amitié

Tout en échange

Déverse son être

Toute information des airs

 

Le petit nuage tout ouïe

Tout en accueil

Reçoit le son du géant de pierre

Des roches, des eaux et des terres

 

Le petit nuage tout pris d’émotion

Tout rasséréné

Eclate sa joie de la vie

D’un chant des airs

 

Le petit nuage tout de un avec la montagne

Tout unifié de deux

Echangent les sens de l’Essence

Dans un grand éclat de rire

 

Petit nuage et géante montagne

Pour se faire un s’unissent

Pour donner s’allient

Pour recevoir donnent

 

©pascalejuillet2022

La Danse du Papillon

Posté dans : Poèmes 0
papillon main com animale

La Danse du Papillon

 

Le papillon qui virevolte autour de toi

Est comme toi qui virevolte dans ta vie

Parfois riche de sens

Parfois désorientante

 

Tu ris certains jours

Tu pleures d’autres

Et pour aller dans quel but ?

Le but du sens de la vie ou celui du chemin ?

 

Il virevolte le papillon sans fin

Toujours dansant autour de toi

De ta vie qui danse

D’un pas gai et assuré, pas si sûr

 

Tu ne vois que les sourires

Tu ne vois que les pleurs

Dans un mouvement de larmes

Tu ris de sa danse

 

Il virevolte le papillon d’un instant éphémère

Comme ta vie

Devant l’éternité du temps

Infini à ne plus en finir

 

D’un tournoiement de couleurs

Couleurs d’une vie ou de ton empreinte

Que tu traces sur ta route

Dans le sens de son vol

 

Il virevolte le papillon sans compter

Lui son temps est compté

Mais il sait, il le sait

Que tout recommencera demain

 

 

Libre de tout

De toute contrainte du temps

De l’argent de l’oppression

Sans compter le temps

 

Il virevolte le papillon toutes ailes dehors

Pour te montrer que la vie est une danse

Que c’est à toi d’en donner le sens

D’en donner

 

Il virevolte le papillon pour tant donner

Le goût de vivre de l’instant

D’un puissant passage court et bref

Mais si puissant de l’exaltation de la vie

 

©pascalejuin2022

Lumière

Posté dans : Poèmes 0
soleil mer couchant comanimale

Lumières

 

De ces temps-ci obscurs nait la Lumière

La Lumière que tu es obligé de cultiver

De venir chercher au fond de Toi

Celle qui vient de ton propre Toi

 

La Lumière fusse-t-elle aussi infime qui soit pénètre partout

Quoi qu’il arrive Elle est là

Quoi qu’il t’arrive, Elle te touche avec infiniment de tendresse

Elle t’enveloppe de tout son Etreté

 

Avance sur le chemin, tu es accompagnée

Recule sur ce même chemin, Elle restera à tes côtés

Elle ne te juge pas, mais prends ta main

Toujours scintillante pour te montrer ton chemin

 

©pascalejuin2022

La Nuit des Temps

Posté dans : Poèmes 0
mésange com'animale

La nuit des temps

 

Le printemps de l’instant est né

Nait le renouveau, l’élan de vie

Par un simple changement de temps

 

Le temps de le dire

Le temps de le vivre

Le temps de s’effacer

 

Vient le temps d’un rien

Vient le temps d’un tout

Force le passage en tout

 

Du tout en rien

Que ne retient l’instant du temps

Que se pose la question du temps

 

Le temps qui file

Le temps qui s’échappe

Le temps qui court

 

Vient le temps qui est

Celui qui se pose 

Sur toi, sur ta joue

 

Puis file à cent à l’heure

Pour te faire sentir

Que tu es vivant

 

Vivant dans l’instant

Vivant dans le présent

Par un son, par un ton, par un temps

 

Prends le temps d’écouter

Car dehors il est là

Non figé dans le temps humain

 

D’un oiseau qui passe

D’un bourgeon qui pousse

D’un rayon de soleil plus éclatant

 

Signe d’un temps

Venu pour alerter

Qu’enfin il est là

 

Le temps du printemps

Le temps de l’éclosion

Le temps du chant

 

Connu depuis si longtemps

Attendu depuis une longue année

Le printemps connu depuis la nuit des temps

 

©pascalemai2022

Vous êtes ici au présent

Posté dans : Poèmes 0
tournesol abeille com animale

Vous êtes ici au présent

 

Vous vous attendez à quoi ?

A la simplicité ?

Est-ce que votre vie est simple à ce jour ?

Pour certains cotés oui

Car il est clair et simple pour vous de mener une vie matérielle

C’est réglé comme du papier à musique, selon votre expression

 

Vous maitrisez le fonctionnement, le rythme, le sens, les obligations

Vous vous êtes fondus dans le moule depuis tellement de temps, d’années, de siècles

Vous le faites sans réfléchir,

Cela est devenu inné

 

Pour ce qui est du plaisir ou du loisir

Il est en de même

Il vous suffit de choisir dans un grand catalogue

Où tout est référencé

Le choix et la palette des possibilités sont immenses

 

Vous êtes libres de prendre ou de laisser

Vous pouvez peser ou soupeser les options

Prendre le temps de la réflexion ou « sauter » sur une occasion

La notion de distance de près ou de lointain n’existe plus

Les frontières ont été levées

 

Maintenant le temps change

On vous parle de guerre, de tensions, de frontières non respectées

De gentil ou de méchant

Et là, vous êtes perdus,

Le sol se dérobe sous vos pieds

 

Mais qu’en est-il vraiment ?

Pour vous tout au moins, sur votre plan de fonctionnement

Pourquoi vous sentir tant démuni ?

Vous avez appelé de vos vœux les plus profonds, le changement

Il est là

 

Que vous reste-t-il de votre maîtrise de votre propre vie matérielle ?

Une habitude défaite

Que voyez-vous autour de vous ?

Une angoisse surfaite

Devez-vous y croire ?

 

Vous avez une maîtrise de votre vie-ci

En prenant des décisions en « bon père de famille « 

Qui ne vous a jamais mis en danger

Pour conséquent, vous avez une maitrise et une connaissance des risques de la vie

Que vous pouvez parfois prévoir

 

Ici quelques paradigmes changent

Et vous n’êtes plus sûr de rien ?

Pourtant vous êtes toujours dans une vie matérielle

Vous avez la capacité d’utiliser votre bon sens

Avec cette vision claire de qui vous êtes face à un problème,

Qui peut être plus une énigme pour la plupart des personnes parce que vous n’êtes pas au fait des modifications planétaires, certes

 

Vous savez vous adapter aux changements de votre vie

Un nouveau travail, une nouvelle voiture, des vacances à reprogrammer

Ici et en ce temps, il est en de même

Il y a un changement de votre vie

Mais celui-ci vous semble quelque peu inabordable

 

Il ne vous est pas demandé non plus de discuter avec les « grands » de ce monde,

Il vous est demandé de rester ici, au présent, dans votre vie,

Centré sur vous, non point d’une manière égoïste

D’être au présent afin de ressentir le changement

Tout simplement pour le suivre

 

Suivre cette ondulation, suivre le sens du vent

De vous positionner avec nous et non contre nous

Nous qui vous proposons enfin une vie autre,

Pour ressentir cet air frais sur vous

Il vous faut lâcher vos anciennes positions,

 

Le regard droit portant au loin

Le regard droit portant haut

Vous qui connaissez les changements

Vous qui êtes prévenus

Que de plus simple pour vous

 

Nous vous soutiendrons le moment venu

D’une main, d’un souffle, d’une vibration

Pour qui sait le ressentir

Avec ou sans les yeux

Le cœur ouvert vers le devenir radieux

 

Tout est simple

Un changement parmi tant d’autres

Un changement voulu et appelé

Un changement en pleine conscience ce jour,

Et vous d’être au présent

 

 

©pascaleavril2022

Tout a un début

Posté dans : Poèmes 0
paon or David Schwarzenberg 800

Tout a un début

 

Tout se résume à quoi ?

A la guerre ou à l’entraide forcée ?

Parce que quelqu’un veut tout détruire chez toi

Et prendre ce qui est

 

La vie n’est pas cela

La vie est autre

Sans artifice, sans douleur,

Sans cris, sans heurt

 

Pourquoi toujours vouloir convoiter ce que l’autre a

N’as-tu pas de richesse en toi ?

Te sens-tu aussi pauvre que cela ?

Ton Etre Intérieur te semble si vide que cela ?

 

De quoi remplis-tu ton Etre ?

De ce que les autres te donnent, te renvoient

Crois-tu toujours ce qu’ils te disent aveuglement ?

Là est la question

 

Tu ne veux pas la guerre loin ou proche de toi

Mais dans ton Toi, tu es partagé être le bien et le mal faire

Tu ne veux pas de violence tout autour de toi

Mais dans ton Toi, tu es torturé par des idées de l’un, de l’autre

 

Et les tiennes ?

Ton Toi Intérieur, qu’est-ce qu’il te dit ?

Tu as été balloté à travers temps et années

T’amenant là où tu ne voulais pas

 

Ton Toi Intérieur le sait

Tu as été amené à des croyances annoncées

Annoncées par qui ?

Par ton Cœur ?

 

Crois-tu toujours le regard des autres sur toi ?

Quand tu restes droit dans tes bottes

Les autres te disent bien que c’est de la fierté mal placée

Mais mal placée pour qui, toi qui les défis en les sortant de leur routine

 

Cette guerre qui arrive est comme tout le reste

Elle est tout d’abord en toi

Entre le « ce que l’on t’a appris » et le « ce que tu souhaites »

Au fond de ton cœur, au fond de toi, fais le tri

 

Ne regarde pas ce que fait le voisin

En te disant que ce qu’il fait te conviendrait mieux

Non car cela appartient à ce voisin

Cela n’est pas toi

 

Mais avant de tout chambouler dans ta vie

D’affirmer ou de jeter tout à la poubelle

Par une prise de conscience

Pose-toi et regarde à l’Intérieur du Toi

 

Rien ne sert de tout détruire, de toi, de ta vie

Et pourquoi détruire ?

Tu es ce que tu es

Tu as fait un bout de chemin et cela est fort bien

 

Alors félicite-toi de ce que tu as fait

Bien ou mal, peu importe

Cela a été fait

D’une situation ou d’une expérience à une autre

 

Tout est bien

Il ne s’agit pas de faire un arrangement avec ta conscience

Cela est autre de prendre conscience du sens de la vie

Du Sens de Ta Vie

 

Tu veux la paix dans le monde

Commence par la tienne

Prends place en toi

Gouverne toi avec calme et douceur

 

Comme si tu chérissais ton propre enfant

Aucune rigueur ni exigence

Douceur calme tendresse justesse

Rien ne sert de se juger

 

Ce qui est fait est fait, bien ou mal

Selon ton aptitude ou ta croyance du moment

Accepte de t’être trompé

Car ici, la vie est si compliquée

 

Cette guerre te semble injuste

Te révolter ne pourra ni t’aider, ni eux

Toutes ces vies bouleversées

Dans le tourment d’une force supérieure dont tu ne connais rien

 

Mais en étant en Toi, calme juste et serein

Tu pourras faire tant de choses

Par la pensée, par l’Energie du cœur

Et de cette fois, tu seras en paix avec toi-même

 

Tout a un début

 

©pascalemars2022

Dans la nuit un ange

Posté dans : Poèmes 0
ange terre com animale

Dans la nuit un ange

 

Dans le vent de la nuit

court le bruit

d’un son qui se poursuit

bouge un buis

 

Qui surgit

d’un trou de souris

qui s’y vit

d’un œil en sursis

 

Presse le pas

replié dans son cabas

Accélère son cas

donné au ton du glas

 

Pas à pas avance

comme à la potence

sans importance

de peu de transe

 

D’un soudain 

aussi rapide qu’un train

d’un demain

aussi loin qu’un futur prochain

 

Qui se surprend d’un frisson

sans comparaison

qui se ressent d’un abandon

sans rien de bon

 

Son souffle retenu

de la surprise venue

comme mis à nu

d’une peur impromptue

 

Face à face

se voilant la face

passe et repasse

de cet instant vivace 

 

Sortant de sa fange

si beau mais si étrange

chantant des louanges

dans le noir cet ange

 

©pascalefévrier 2022

Bienvenue Clémentine

Posté dans : Poèmes 0
Com Animale bebe NB Pexels

Bienvenue Clémentine

 

Clémentine, sans avoir crié

Tu es née ce jour

Jour de l’an, jour de nougatine

 

De ton sourire innée

Tu te glisses sous l’abat-jour

Pour entendre ta cantine

 

De prendre place en ce monde né

Tu offres ton sourire sans détour

Avec cette joie enfantine

 

De l’accueil de ton frère ainé

Tu lui donnes ton amour sans contour

Avec ce soleil plein les yeux que tu lui destines

 

De l’émerveillement de tes parents émotionnés

Tu débordes d’amour sans atour

Avec cet éclat de rire satine

 

Sois la bienvenue enfant couronnée

Tu entres dans la dance à ton tour

Qui de ce temps sort tes parents de la routine

 

Clémentine la nommée

Clémentine rayonnante ce jour

Clémentine déjà trottine

 

©Pascale2022Janvier

Noël et Echo

Posté dans : Poèmes 0
Père Noël com Animale

Noël et Echo

 

Oh oh oh, dit-il

Qui suis-je ? Répond l’écho

Et toi, qui es-tu ?

Moi écho de mon état,

Je suis toi

Moi ? dit-il

 

Oh oh oh

Que c’est drôle

Sais-tu qui je suis ?

Moi écho, entends tout

Capte tout

Oui je sais qui tu es

 

Oh oh oh, répond-il

Fort bien

Que nous ne sommes pas présentés

Mais que fais-tu seul ici ?

Moi écho, je ne suis pas seul

Entends-tu toutes ses voix

 

Oh oh oh

J’entends et je comprends

Veux-tu m’accompagner ?

Moi écho, oh oui bien sûr

Entendre de plus près

Que de bonheur !

Je peux vraiment ?

 

Oh oh oh

Oui, à la bonheur

Mais sais-tu vraiment

Qui je suis ?

Moi écho, sais tout

Perçois tout

 

Oh oh oh

Alors à quoi je ressemble,

Moi écho, te diras

Tu es comme l’éclair

Le don du vol

La puissance de l’énergie créatrice

 

Oh oh oh

Créatrice comme tu y vas ?

Je rends les gens heureux

Et c’est déjà beaucoup

Moi écho, te dis de mon cœur

Créateur et fabricant de joie

La distribuant aux quatre coins du monde

 

Oh oh oh

Je suis fort aise de te rencontrer

Toi l’écho, tu en fais bien plus

Moi écho, te capte

Et envoie ton écho

Partout dans le monde

Comme une vague

 

Oh oh oh

Je ne suis qui de nous deux

Fait le plus beau métier du monde

Moi écho, suis surpris

Moi qui suis si petit

Si discret

 

Oh oh oh

Que dis-tu ?

Je fabrique le bonheur

Toi tu le fais perdurer

A travers le temps et les mondes

Moi écho, suis ravie de ta joie

 

Oh oh oh

Viens mon ami

Nous avons un grand travail à faire

Une longue route

Mais que de plaisir à la faire ensemble

Viens mon ami

Agissons ensemble

 

Oh oh oh

Et que la nuit de Noël

Se poursuive

Enchante

Emerveille

Encore et encore

De longues années et décennies

 

Joyeux Noël !

 

©Pascale2021Décembre

Venin, Venin, Venin, Quand

Posté dans : Poèmes 0
Feu communication animale

Venin, Venin, Venin, Quand

Venin, venin, venin, quand tu siffles à mes oreilles
Venin, venin, venin, quand tu chauffes de rouge mon esprit
Venin, venin, venin, quand j’écoute ta complainte
Venin, venin, venin, quand j’exécute ton plan machiavélique
Venin, venin, venin, quand je jouis de ta douleur, toi pauvre humain
Venin, venin, venin, quand j’exulte de ma puissance à ta destruction
Venin, venin, venin, quand j’ai enfin mis ta mort à mon planning
Venin, venin, venin, quand je distille avec délectation ma haine contre toi
Venin, venin, venin, quand je refuse tout compromis
Venin, venin, venin, quand je n’entends rien à la raison
Venin, venin, venin, quand je tourne le dos à l’amour dont je suis tout entier
Venin, venin, venin, quand je renie ton amour, ta fidélité, toi qui m’a tant porté, supporté
Venin, venin, venin, quand je médis toutes tes actions,
Venin, venin, venin, quand je te casse d’un seul regard,
Venin, venin, venin, quand je te brise d’un seul mot,
Venin, venin, venin, quand je pousse l’autre à la trahison de toi-même
Venin, venin, venin, quand je manipule tes pensées, tes actions
Venin, venin, venin, quand je contemple avec plaisir mon œuvre un soir d’été
Venin, venin, venin, quand subitement ma conscience me tiraille
Venin, venin, venin, quand soudain je dors moins bien à perdre tout sommeil
Venin, venin, venin, quand sans cesse je pleure jour et matin
Venin, venin, venin, quand tout appétit se dérobe au repas du soir
Venin, venin, venin, quand au matin je me trouve sale mine
Venin, venin, venin, quand un jour, je crie mon désespoir sans savoir le comment du pourquoi
Venin, venin, venin, quand un soir, je vomis trippes et boyaux, de nausées sans cesse
Venin, venin, venin, quand mes pensées me taraudent heure après heure
Venin, venin, venin, quand mes intestins se tordent de douleurs
Venin, venin, venin, quand mes colères m’encombrent de manière incessantes
Venin, venin, venin, quand mes remords illuminent ma vie
Venin, venin, venin, quand soudain je prends conscience de cet instant de haine que l’autre me voue
Venin, venin, venin, quand enfin je prends conscience de mes actes et paroles
Venin, venin, venin, quand est-il trop tard pour tout rattraper ?
Venin, venin, venin, quand est-il trop tard pour se faire pardonner ?
Venin, venin, venin, quand est-il trop tard pour me pardonner ?
Venin, venin, venin, quand je passe et repasse ce film de torture en boucle devenu mien
Venin, venin, venin, quand un jour me dis :
Mais qu’est ce que j’ai fait ?

©Pascale2021novembre

1 2 3