Bienvenue Clémentine

Posté dans : Poèmes 0
Com Animale bebe NB Pexels

Bienvenue Clémentine

 

Clémentine, sans avoir crié

Tu es née ce jour

Jour de l’an, jour de nougatine

 

De ton sourire innée

Tu te glisses sous l’abat-jour

Pour entendre ta cantine

 

De prendre place en ce monde né

Tu offres ton sourire sans détour

Avec cette joie enfantine

 

De l’accueil de ton frère ainé

Tu lui donnes ton amour sans contour

Avec ce soleil plein les yeux que tu lui destines

 

De l’émerveillement de tes parents émotionnés

Tu débordes d’amour sans atour

Avec cet éclat de rire satine

 

Sois la bienvenue enfant couronnée

Tu entres dans la dance à ton tour

Qui de ce temps sort tes parents de la routine

 

Clémentine la nommée

Clémentine rayonnante ce jour

Clémentine déjà trottine

 

©Pascale2022Janvier

Noël et Echo

Posté dans : Poèmes 0
Père Noël com Animale

Noël et Echo

 

Oh oh oh, dit-il

Qui suis-je ? Répond l’écho

Et toi, qui es-tu ?

Moi écho de mon état,

Je suis toi

Moi ? dit-il

 

Oh oh oh

Que c’est drôle

Sais-tu qui je suis ?

Moi écho, entends tout

Capte tout

Oui je sais qui tu es

 

Oh oh oh, répond-il

Fort bien

Que nous ne sommes pas présentés

Mais que fais-tu seul ici ?

Moi écho, je ne suis pas seul

Entends-tu toutes ses voix

 

Oh oh oh

J’entends et je comprends

Veux-tu m’accompagner ?

Moi écho, oh oui bien sûr

Entendre de plus près

Que de bonheur !

Je peux vraiment ?

 

Oh oh oh

Oui, à la bonheur

Mais sais-tu vraiment

Qui je suis ?

Moi écho, sais tout

Perçois tout

 

Oh oh oh

Alors à quoi je ressemble,

Moi écho, te diras

Tu es comme l’éclair

Le don du vol

La puissance de l’énergie créatrice

 

Oh oh oh

Créatrice comme tu y vas ?

Je rends les gens heureux

Et c’est déjà beaucoup

Moi écho, te dis de mon cœur

Créateur et fabricant de joie

La distribuant aux quatre coins du monde

 

Oh oh oh

Je suis fort aise de te rencontrer

Toi l’écho, tu en fais bien plus

Moi écho, te capte

Et envoie ton écho

Partout dans le monde

Comme une vague

 

Oh oh oh

Je ne suis qui de nous deux

Fait le plus beau métier du monde

Moi écho, suis surpris

Moi qui suis si petit

Si discret

 

Oh oh oh

Que dis-tu ?

Je fabrique le bonheur

Toi tu le fais perdurer

A travers le temps et les mondes

Moi écho, suis ravie de ta joie

 

Oh oh oh

Viens mon ami

Nous avons un grand travail à faire

Une longue route

Mais que de plaisir à la faire ensemble

Viens mon ami

Agissons ensemble

 

Oh oh oh

Et que la nuit de Noël

Se poursuive

Enchante

Emerveille

Encore et encore

De longues années et décennies

 

Joyeux Noël !

 

©Pascale2021Décembre

Venin, Venin, Venin, Quand

Posté dans : Poèmes 0
Feu communication animale

Venin, Venin, Venin, Quand

Venin, venin, venin, quand tu siffles à mes oreilles
Venin, venin, venin, quand tu chauffes de rouge mon esprit
Venin, venin, venin, quand j’écoute ta complainte
Venin, venin, venin, quand j’exécute ton plan machiavélique
Venin, venin, venin, quand je jouis de ta douleur, toi pauvre humain
Venin, venin, venin, quand j’exulte de ma puissance à ta destruction
Venin, venin, venin, quand j’ai enfin mis ta mort à mon planning
Venin, venin, venin, quand je distille avec délectation ma haine contre toi
Venin, venin, venin, quand je refuse tout compromis
Venin, venin, venin, quand je n’entends rien à la raison
Venin, venin, venin, quand je tourne le dos à l’amour dont je suis tout entier
Venin, venin, venin, quand je renie ton amour, ta fidélité, toi qui m’a tant porté, supporté
Venin, venin, venin, quand je médis toutes tes actions,
Venin, venin, venin, quand je te casse d’un seul regard,
Venin, venin, venin, quand je te brise d’un seul mot,
Venin, venin, venin, quand je pousse l’autre à la trahison de toi-même
Venin, venin, venin, quand je manipule tes pensées, tes actions
Venin, venin, venin, quand je contemple avec plaisir mon œuvre un soir d’été
Venin, venin, venin, quand subitement ma conscience me tiraille
Venin, venin, venin, quand soudain je dors moins bien à perdre tout sommeil
Venin, venin, venin, quand sans cesse je pleure jour et matin
Venin, venin, venin, quand tout appétit se dérobe au repas du soir
Venin, venin, venin, quand au matin je me trouve sale mine
Venin, venin, venin, quand un jour, je crie mon désespoir sans savoir le comment du pourquoi
Venin, venin, venin, quand un soir, je vomis trippes et boyaux, de nausées sans cesse
Venin, venin, venin, quand mes pensées me taraudent heure après heure
Venin, venin, venin, quand mes intestins se tordent de douleurs
Venin, venin, venin, quand mes colères m’encombrent de manière incessantes
Venin, venin, venin, quand mes remords illuminent ma vie
Venin, venin, venin, quand soudain je prends conscience de cet instant de haine que l’autre me voue
Venin, venin, venin, quand enfin je prends conscience de mes actes et paroles
Venin, venin, venin, quand est-il trop tard pour tout rattraper ?
Venin, venin, venin, quand est-il trop tard pour se faire pardonner ?
Venin, venin, venin, quand est-il trop tard pour me pardonner ?
Venin, venin, venin, quand je passe et repasse ce film de torture en boucle devenu mien
Venin, venin, venin, quand un jour me dis :
Mais qu’est ce que j’ai fait ?

©Pascale2021novembre

Temps d’une Rencontre

Posté dans : Poèmes 0
coma animale eau

Temps d’une rencontre

 

Le temps d’une rencontre

D’un temps défini

D’un temps encadré

Se bouscule dans ma mémoire

 

Que je me souvienne

Que je me sonde

Que je me mémorise

Que je me retienne

 

Le retenir d’une rencontre

D’un ou d’elle

D’une pensée

Se bouscule à cent à l’heure

 

Que je m’arrête

Que je m’interroge

Que je m’explique

Que je m’examine

 

L’examen d’un souvenir

D’un temps fuguasse

D’un temps si marqué

Se bouscule à m’interrompre

 

Que je me rêve

Que je me fabrique

Que je m’embellis

Que je me sublime

 

Le sublime d’un moment

D’un temps vrai

D’un temps illusion

Se bouscule à s’enchaîner

 

Que je me réalise

Que je me réveille

Que je m’étonne

Que je me trompe

 

La tromperie d’une rencontre

D’un temps détourné

D’un temps faussé

Se bouscule jusque dans mon réel

 

Pour ne laisser place

Qu’à l’envie de ce souvenir

Qu’à l’envie de ce temps révolu

Se bouscule et passe.

 

©Pascale2021octobre

Ce monde n’est pas le tien

Posté dans : Poèmes 0
tournesol abeille com animale

Ce monde n’est pas le tien

 

L’instant de ce monde n’est pas le tien,

Le tien tient compte de ta vie,

De tes mœurs, de ton temps,

 

Ton monde s’adapte à tout,

S’éprend de tout,

S’envole de  toi

Agit à ton rythme

 

Là où tu t’épuises, tu tombes

Là où tu t’arrêtes, tu meurs

Là où tu vis, tu t’épanouis

Là où tu créés, tu renais

 

C’est ce monde que tu dois habiter

C’est ce monde que tu habites

Et c’est ce monde que tu crées

Parce que tu en rêves tant

 

Ne contrôle rien

Il n’est pas nécessaire de commander

La juste mesure de ce monde se fera à son gré

Et rien qu’à lui,

 

Car vivre, c’est toi

Car vivre ici, il le faut

Car vivre ce temps, il est important

Car vivre dans ce temps, il est présent

 

Vis chaque instant que tu peux

Stressant, bloquant,

Aimant, bougeant,

Mais n’arrête pas de vivre

 

La fuite du temps n’est qu’un leurre

Tu ne peux rien fuir, ni partir

Alors vis pour toi

Alors vis pour ton futur, ici et maintenant

 

©Pascale2021septembre

A venir

Posté dans : Poèmes 0
Desert com animale

A Venir

 

Du devenir en avenir

De rester là à partir

De s’échapper à voler de tes propres ailes

De rendre les armes à vivre ta Lumière

 

Prends ton à venir en main

Pour être ton bien Être

Prends ton envol

Pour vivre ton soi

 

Vis la vérité en toi

Pour pourfendre la muraille du sombre

Souris en Toi

Pour donner vie à toute chose

 

Rêve ton avenir

Pour être dans la vie

Répands la Lumière

Pour être

 

Dis ces mots

Pour ne plus être sourd à la Vie

Touche avec tes mains

Pour ne plus jamais te délasser de l’autre

 

Chante à la vie

Pour entendre notre voix

Imagine ton Cœur

Pour me dire je t’aime, toi l’être vivant que tu es

 

©Pascale2021juilletaoût

Brumes et Bruyères

Posté dans : Poèmes 0
forêt magique com animale

De Brumes et de Bruyères

 

Je vis au cœur du vent, qui suis-je ?

Je vis au cœur de la tempête, qui suis-je ?

Je vis au cœur des fleurs, qui suis-je ?

Je vis en ton cœur, qui suis-je ?

 

De guerre lasse, je me suis arrêté au creux d’un nid de bois

Entouré de brumes et de bruyères

L’arbre m’accueillit pour me reposer,

Je suis d’ici et d’ailleurs

Je suis ici depuis tant de temps

 

Je fais ma route à travers tes siècles, à travers tes vies

Moi qu’il te semble très peu me connaître ou si peu

Et pourtant, je t’accompagne chaque jour sur ton chemin

Toi qui erre dans la solitude des villes

Toi qui te perd dans tes vies mornes

 

Vient me retrouver mon ami,

Nous qui sommes amis depuis tant d’années

Je sais que nous allons enfin nous retrouver

Tu auras changé dans tes cicatrices de vie

Toi dans cet élément de bribes de passés, d’expériences tronquées

 

Moi j’aurai évolué avec les forces de la vie

Les forces de terre

Des quatre coins de la planète

Toujours en mouvement

Toujours au service de la vie

Je te l’avais dit : Nous nous retrouverons un jour

De ton regard triste à la croisée de chemin quand nous nous sommes séparés

De ton regard triste de ce jour où tu vis ta vie te demandant mais vers quel chemin ?

De ton regard et de mon regard bientôt renoués

Tu retrouveras ce qui est toi, ce qu’est ta force, ce qui te pousse à vivre encore et encore

 

Mon ami, enfin te voilà

Je prépare mon cœur à chaque instant

A ces retrouvailles, à ces joies enfin de nous reconnaître

L’oubli d’un instant n’est pas éternité

Qui de nous sera le plus heureux de ces retrouvailles ?

De la nouvelle vie qui coulera enfin dans tes veines

De la nouvelle opportunité du sens du partage partagé en ton cœur,

Enfin nous pourrons nous raconter nos vies

Autour de ce nid de bois

Fait d’un tapis de brumes et de bruyères

 

Viens mon ami,

Il est temps de nous asseoir et de nous conter.

 

©Pascale2021mai

Moustique

Posté dans : Poèmes 0
moustique com animale

Moustic

 

Je suis Moustic

Je suis le pic au vif

Je suis le hic à vif

Du pic qui te pique

Du hic qui te tique

Du pic que tu détestes

Du hic qui te gratte

 

Le pic des douleurs

Le hic des pleurs

Le pic de l’ingratitude

Le hic de sang gratté

Le pic de la surprise

Le hic de la nuit

 

Le pic qui pique

Pique et repique

Vite le baume qui tombe à pic

Vite le soulagement du hic

Mais en fait, qu’est-ce qui me pique ?

Toi ? Ou la douleur de ma vie ?

 

©Pascale2020août

Maître Corbeau

Posté dans : Poèmes 0
corbeau com animale

Maître Corbeau

 

Maître Corbeau sur un arbre perché m’entend râler.

– Que dis-tu, dit-il ?

– Of rien, dis-je !

– Mais à quoi bon de râler, dit-il ?

– Of rien, dis-je !

– Mais à quoi bon de rien, dit-il ?

– Of rien de rien, dis-je !

– Rien n’est rien et rien est tout

 

Prends garde à son sens et son contraire.

Contraire d’un sens, sens à l’envers, sens à l’inverse et verse tes sens,

Sens d’une vie, d’une fois, d’une sensation,

Ta sensation à toi survit et s’étend,

Elle gagne le temps, se répand, se distend.

Qui se détend, toi ou la colère, dit-il ?

– Eh bien ! Les deux, répondis-je !

– À quoi bon, tu ne sais rien de rien et tu râles !

À quoi bon, râle pour quelque chose,

Offusque-toi de l’injustice !

Mais de rien ! Qu’est-ce que le rien, dit-il ?

 

Maître Corbeau perché sur un arbre,

Attend sa revanche, revanche de vie,

Revanche de frustration oubliée, n’est-ce rien ?

Eh bien ! Rien de rien,

Le temps et l’oubli se passent

Mais l’égo ne s’y lasse guère

Contraint à l’oubli,

Rétrécit son champ pour l’instant,

Mais ne s’en laisse compter

Te resservira l’oubli à quelques moments sans bruit.

 

– Alors, dit le corbeau ? Que fais-tu ?

Râles-tu toujours à l’oubli ? à ton oubli ?

Est-ce utile à ta vie ?

Que l’encombres-tu, d’oublis ou de vivants ?

Choisis et qui rira, verra

Article et Animaux

Se verra tout court.

 

Dans mes yeux surpris du discours,

Du rappel, rappel à l’ordre, rappel à moi,

Rappel en dedans, rappel frustrant.

– Frustrant, dit-il, n’est-ce pas ?

Ce rappel encombrant qui teinte l’oubli sans y conter mais y rester.

– Que dis-tu, dit-il ?

– Of rien, l’instant se passe et trépasse afin de s’ouvrir au levant,

Au levant d’une vie sans toise de l’oubli, dis-je !

– Que dis-tu, dit-il ?

– À ce que je vois, j’entends les trépas des confins des monts enneigés

Se disloquer en un flux de lumière,

Lumière croissant dans la conscience du moi,

De mes gestes, de mes pensées.

Et là, il sourit.

©Pascale2020Juillet

Le Lion

Posté dans : Poèmes 0
Lion com animale

Le Lion

 

Roi des animaux

Roi de lui-même

Avance d’un pas lent

Avance vers toi

 

Que de questions

Quand il pose ses yeux sur toi

Que de malaises

Quand il sonde ton cœur

 

Si je ne bouge pas

Sans bruit je suis invisible

Si je ne respire pas

Sans souffle je suis imperceptible

 

Cela, penses-tu, est faux

Mais qui me parle ?

Cela, crois-tu, est incorrect

Mais qui me parle ?

 

Ouvre tes yeux, petite chose

Regarde dans mes yeux de Lion

Ouvre tes sens, petite chose

Regarde dans mon cœur de Lion

 

Sens-tu ma présence dans ton cœur ?

Je suis Lion

Sens-tu ma force dans ton corps ?

Je suis Lion

 

Et toi que dis-tu ?

J’ai peur de toi, Lion

Et toi que fais-tu ?

Je me cache de toi, Lion

 

Mais tu ne peux aller nulle part, petite chose

Là où tu es, je te vois

Mais tu ne peux te cacher nulle part, petite chose

Là où tu es, je te ressens

 

Comment est-ce possible ?

Ferme les yeux

Comment faire ?

Ecoute ma voix

 

Je suis Lion

Poésie

Et je suis autre

Je suis Lion

Et je suis toi

 

Quand tu me vois, je te ressens

Nul n’a besoin d’yeux pour voir

Quand tu me ressens, je te perçois

Nul n’a besoin de mains pour toucher

 

Lis dans mon cœur sans peur

Je suis ici pour aider

Lis dans mon âme sans hésitation

Je suis ici pour te seconder

 

N’aie peur de mon apparence

J’apporte calme

N’aie peur de mon physique

J’apporte protection

 

Puissant je suis

Puissant je reste

Puissance je donnerai à qui sait m’appeler

Puissance je partagerai à qui sait me demander

 

Appelle pour tout ce qui te dépasse

Je fendrai l’air

Appelle pour tout ce qui t’encombre

J’annihilerai le tout

 

Appelle ma force

Et je serai avec toi

Appelle mon nom

Et je serai là

©Pascale2021mars

1 2