Respect

Posté dans : Parole de Chats 0
communication animale chat couverture

RESPECT

 

– Eh les cat’s, où vous cachez vous ? Leur dis-je en sortant la tête de mon ordinateur

– Nous ? cachés ? Répond Musca. Tu crois que nous nous cachons ?

– Ben oui, dis-je, je ne vous vois pas donc vous êtes cachés ? Comme un jeu que nous appelons « cache-cache » !

– Un jeu ? Se cacher ? Continue Musca perplexe

– Dites les chats quand vous ne voulez pas vous faire voir, nous pouvons toujours vous appeler longtemps. Même si nous passons à 10 cm de vous, vous ne ferez rien pour nous indiquer que vous êtes là.

– Là, tu exagères, reprends Mitsi un tantinet fâchée,

Je réponds par :

– Je n’exagère pas. Ici vous êtes dans un « petit » appartement. Quand vous faites la sourde oreille, je passe un certain temps à faire toutes vos cachettes pour vous trouver. Et là de toute façon, vous n’êtes pas encore sortis

– As-tu besoin de nous voir pour parler ? Continue Mitsi

– Pour parler non, je peux le faire à distance aussi, mais en journée, j’aime bien vous voir. Quand vous dormez, vous méditez ou vous faites des voyages astraux,

– Pourquoi devrai-je venir dès que tu m’appelles ? Poursuit Mitsi

– Oula Misti, qu’est ce qui se passe ? Je t’ai interrompue ? Dis-je,

– Le problème avec les humains, c’est cela, vous avez une envie et hop elle doit se faire immédiatement, dit Mitsi,

– Non mais là, TU exagères, dis-je,

– Parfois oui, parfois non, continue Mitsi

– Ah bah c’est bien de le reconnaître. Bon, je suppose que c’est encore pour me tester ? Me faire comprendre une leçon ? Ou autre ? Mais si je t’ai interrompue, j’en suis désolée, dis-je

– Ah bah c’est bien de le reconnaître, reprend Mitsi

– Bon Musca, qu’est ce que qui se passe, Mitsi joue les mystérieuses, dis-je,

– Oui et non, répond simplement Musca

– Je sais ! Vous me tester sur l’impatience ? Dis-je,

– Tu l’es parfois, mais là c’est autre chose. Tu vois, c’est toujours un plaisir de converser avec toi. Mais parfois effectivement, tu nous interromps, finit par dire Musca,

– Ben pourquoi vous ne me le dites pas ? Dis-je,

– Et bien parce que c’est trop tard, c’est fait ! Répond Musca,

– Alors là, c’est de la logique de chats, ça ! Dis-je,

– Pas de logique dans cela, tu nous interromps, c’est fait, c’est fait. Poursuit Musca. Mais tu as fait quelque chose qui nous va bien : tu t’es excusée. Tu sais, tous les humains ne le font pas. Ils appellent leur animal, qu’il soit occupé ou pas, en train de dormir ou pas, de travailler ou pas, ils doivent venir. Un chien est plus « souple », il va venir. Pour nous, si nous n’avons pas fini notre travail et les autres choses dont tu n’as pas besoin de savoir, nous finissons d’abord.

– Effectivement, l’humain est un peu autoritaire. Je comprends aussi que nous nous calons aussi sur notre temps et rythme, qui n’est pas toujours le vôtre, dis-je.

– Certes, mais devons-nous obéir illico presto ? Venir tout content parce que nous sommes enfin dans vos pensées de l’instant ? Répond Mitsi,

– Alors là, c’est une grande question métaphysique. Qui est très juste d’ailleurs ! C’est vrai que dans le milieu professionnel, si quelqu’un m’appelle, je réponds de suite. Bon si je ne veux pas être déranger par le téléphone, je me mets le répondeur. Il y a des dérivatifs pour ne pas répondre.

– Tu vois, tu fais pareil ! Reprend Mitsi

– Mais je peux dire aussi que je suis occupée et que je rappellerais plus tard ou que je me déplacerais voir ma collègue plus tard dans son bureau. Je réponds ! Moi ! Dis-je,

– Mais est-ce que cette personne s’excuse de t’interrompre ?

– Parfois oui et non. C’est dit autrement ! Dans un langage devenu courant. C’est le dire sans le dire, dis-je,

– Justement, c’est cela qui ne va pas. Chacun a son rythme, son travail, sa tâche à mener. Tu dis souvent : « j’ai tout fait sauf ce que j’avais à faire ». Pourquoi surajouter tant de travail, le tien ne te suffit pas ?  Est-ce respectueux de toi, de ton être, de ton rythme vibratoire et énergétique ?

Le fait de venir pour une formule de politesse, comme vous dites, prévenir d’une part et d’autre part de s’excuser de t’avoir interrompue est le respect.  C’est le respect de soi, de l’autre, de la tâche que tu effectues, qui est tout aussi importante que la sienne, indique Musca

– Le respect est un code, repend Mitsi. C’est comme si tu veux le comparer à un code d’honneur ou un art de vivre. Pourquoi imposer à l’autre ton rythme, ta difficulté du moment, sans le prévenir. Tout se fait dans la vitesse. Or ces étapes primordiales sont enlevées ou dissoutes pour un soi-disant gain de temps, pour être plus rapide ou efficient,

– Et bien nous, nous le prenons, poursuit Musca. C’est à toi dans ton travail de l’indiquer que tu es sur un autre temps, hors du temps, hors de leur temps, hors du temps imposé. Car tu es libre de faire ta tâche en une ou deux journées. Prends le temps de la plus belle formule de politesse et impose ton temps. C’est aussi te respecter par le respect de la parole. C’est aussi s’oublier si elle tombe dans l’oubli.

Pas de force, que l’art de la parole, du mot et le temps se passe.

– Oh oui mais aussi c’est drôle quand tu nous cherches partout !! Que c’est drôle mais que c’est drôle !! Dit Misti très amusée,

– Ah je le savais ! Dis-je. Vous me faites marcher tout le temps dans ce cas !

Bon allez interruption !! C’est l’heure du repas ! Vous prendrez quoi les cat’s ?

– A table !! Disent en cœur mes cat’s en sortant de leur cachette

Mitsi et Musca ©2022octobre

Corbeau

Posté dans : Poèmes 0
Com animale and art

Corbeau

 

Vient la nuit et le jour

Toi qui me voit et frémit

Suis-je noir de ta peur ?

Suis- je noir de mon plus beau atour ?

 

Pourquoi reculer de me voir

Moi qui ne suis que messager

Messager pour toi

Messager pour l’humanité

 

Que je ne porte cette médecine du don de la parole

Celle de l‘événement à venir

Avance vers moi toi qui me voit

Avance vers moi toi qui sais qui je suis

 

Mon chant te semble glaçant à tes oreilles

Ma voix est perçante pour me faire entendre

Toi qui n’écoute qu’ailleurs

Toi qui ne voit qu’à travers des machines

 

Prends le temps de me regarder, de m’écouter

Je suis ici au présent, devant toi

Reprend ton chemin qui est le tien

Reprend ton chemin qui suit le mien

 

De ton étonnement, je vois que tu ne vois pas

Toujours pris dans ta torpeur d’un semblant de connaissance

Toi qui croit connaître tout

Toi qui croit être seul dans ce monde

 

Lève la tête, le ciel te voit

Hume l’air, sens l’eau de ta main

Ne crois que tes sens

Ne crois que ce que tu ressens au plus profond de toi

 

Et tu sauras qui je suis

De nos chemins qui se sont croisés tant de fois

Retrouve la route de la vie

Retrouve la route des chants

 

Je suis devant toi, pattes au sol, ailes déployées

Fier d’être là de mon noir plumage

Je viens te prévenir d’aiguiser tes sens

Je viens te prévenir d’ouvrir enfin tes yeux

 

L’être vivant que je suis n’est ni bon ni mauvais

Je ne suis comme toi qu’un être sur son chemin sur cette terre

Porté par l’essence de vie en moi

Porté par l’essence des lois des Univers

 

Reprends-toi jeune apprenti

Arrête de narguer de ta hauteur toute vie

Tu fais partie de cette vie

Tu fais cette vie en toi

 

Nul ne peut en douter maintenant moi qui apporte la parole

Parole qui te ramène au un

Regarde autour de toi et dis-moi qui est l’oiseau de malheur

Regarde autour de moi et dis-moi qui est l’oiseau de lumière

©pascaleoctobre2022

Roue des temps et le Cerf

Posté dans : Poèmes 0
cerf com animale and art

Roue des Temps et le Cerf

 

Cerf de bois

Feu de tout bois

Avance à pas léger vers toi

 

Toi qui ignore qui il est

Vient à ta rencontre d’un trait

De ta vie monotone il te soustrait

 

Nez contre nez

D’un soufflé né

Du plus inspiré

 

Te ramène à la vie

Sans peine sans souci

Si proche et si loin d’ici

 

Reprend ton souffle

Comme le cerf te le souffle

Mets toi dans ton souffle

 

D’une richesse sans attente

Se poste vibrante

La Lumière puissante

 

Les yeux dans les yeux

Partage ce bien précieux

Du cerf gracieux

 

Enfin la fin de la fin

Du retour sans fin

Tu le vois enfin

 

Lui qui te suit depuis si longtemps

Qui emprunte d’un pas lent

Ta route vers l’élan

 

De cœur à cœur

Ta joie retrouver dans ton cœur

Du cerf que tu portes en plein cœur

 

Lui devient toi

Cerf ou vision de toi

De son regard sur toi

 

Explore ton temps

Sors-en il est temps

Le cerf et toi pour marcher en tout temps

 

©pascaleseptembre2022

Millier de vies

Posté dans : Parole de Chats 0
travail soin comanimale

MILLIER DE VIES

 

J’annonce à mes chats :

– Bon je pars et je reviens

– Ah tu reviens d’où ? demande Musca

– Ben à la maison, lui dis je perplexe

– Tu en es sûre ? Reprend Musca

– Où veux-tu que je rentre ? Dis-je

– Mais c’est toi qui choisis : de rentrer ou de sortir, réponds Musca

– De rentrer ou de sortir … Tu ne parles pas que de la maison ? Interroge-je Musca

– En effet, nous te regardons entrer, sortir, entrer, sortir, mais sais-tu au moins où tu vas ? Et tu entres dans quoi ?

– Dans la vie matérielle, je fais les courses, je vais au travail, je vais voir des amis, puis je reviens à la  maison, ici avec vous.

– Cela est une réponse juste, me répond Mitsi

– Ben c’est déjà ça, dis-je. Mais autrement que vois-tu d’autres quand je rentre ?

– Moi, je vois que tu as changé de temps, mais pas toi, poursuit Mitsi

– Je change de temps ? Je sais que la ligne de temps est linière, qu’il n’y a pas de passé ou de futur. Certains disent aussi que nous vivons toutes nos vies en même temps.

– Alors là, cela va te faire beaucoup de travail pour intégrer tout cela en même temps, reprend Musca

– Effectivement, cela doit faire beaucoup ! Dis-je

Et je continue par :

– Mais je pars dans un temps pour en revenir dans un autre. Pour moi, cela est la même ligne de temps mais pour vous qui me voyez à un temps donné puis à un autre, cela est différent.

– Tu pars pour un temps mais en sortant, tu as une certaine énergie, un certain nombre d’expériences, m’explique Musca. En revenant, tu as une autre énergie : tu as passé du temps avec d’autres personnes, d’autres lieux, d’autres situations que tu as apprécié ou pas, de faire des temps de pauses pour admirer un paysage, une fleur, un chant d’oiseau. Tout cela compte pour toi et tu engranges de nouvelles énergies et tu t’enrichies de nouvelles expériences, bonnes ou moins bonnes. Alors quand tu rentres, nous te voyons différente.

– Ah ? Je change tant que cela ? Parce que faire des courses, ce n’est pas l’expérience la plus palpitante que je connaisse ! Dis-je

– Crois-tu ? M’interroge Musca. Pourtant c’est de l’ordre de l’aventure ! Sais-tu ce que tu vas y trouver ? Par habitude oui, parce que dans ce temps humain, tout est à la même place. Mais pour un autre être qu’un humain, tout est différent. Si je prends le papillon qui fait ce long voyage du sud vers le nord, et vice versa, un humain pourrait croire que c’est le même papillon. Mais non, bien au contraire, ce sont des dizaines d’autres papillons qui font tout ce chemin. Mais pas celui qui a commencé.

– Et bien pour toi, cela est pareil ! Reprend Mitsi

Quand tu pars d’un point pour revenir vers ce point, tu as changé dans des milliers de vies car à chaque situation, tu d’adaptes, tu apprends, tu enregistres les faits, les conséquences, les énergies positives ou non positives. Tu deviens autre car enrichie de ces moments. Tu ne meurs pas dans ton corps comme le papillon, tu d’adaptes à chaque seconde et tu réniformes ton corps avec tes nouvelles énergies.

– Waouh ! Quand je pars et je reviens, j’ai engrammé des nouvelles informations, expériences et autres, et donc rien que de prendre le courrier dans la boite aux lettres, je vis des milliers de vies ?

– Les humains ! Vous avez toujours besoin de l’extraordinaires pour croire que vous vivez des choses extraordinaires. Mais vous le faites tous les jours, sans vous en rendre compte. Car vivre est déjà extraordinaire, conclut Mitsi,

– C’est sûr que faire du rafting ou de descendre en rappel une montagne, cela amène des sensations autres en émotion, en force et en adrénaline, dis-je

– M’ouais, mais tu peux apprendre ta leçon de vie beaucoup plus facilement et sans faire tous ses efforts ! Poursuit Musca

– Oh les cat’s !! Un peu de piment dans la vie change de la routine, routine que tu viens de m’expliquer qu’elle n’existe pas, mais c’est bien quand même !

– En tant qu’humain, c’est à vous de voir, en tant que chat, c’est tout vu !

– En attendant, je vais me faire une petite descente en rappel pour découvrir le contenu de ma boite aux lettres !

– Belle balade à toi et belle expérience !

Mitsi et Musca ©2022septembre

Souffle et Lumière

Posté dans : Poèmes 0
Com Animale aurore boreal Noel Bauza CA800

Souffle et lumière

 

La Lumière est

Le souffle de Lumière

Est comme une inspiration

Elle vole au dessus de toi

Toi qui cherche l’inspiration

Toi qui cherche les yeux tournés vers ciel l’inspiration

 

La lumière quand l’idée est venue

Le souffle quand l’inspir entre en toi

Quand souffle et lumière s’associent pour guider ta main

Du juste geste sûr créatif et vif

Puissant de simplicité de ne pas y avoir pensé avant

Temps de maturité ou temps insaisissable

 

La lumière qui t’éclaire

Guide ton souffle

Vers un ailleurs hors routine toute faite

Saisit tout comme force vigoureuse comme semailles au vent

Capte le grain dans son essaim

Vigueur de cet arbre futur imaginaire et réel

 

La lumière qui éclaire

Le souffle qui nourrit

Acte créateur

D’une imagination libre comme le vent

Eclaire l’au-delà des mondes

Songe d’un rêve de nuits étoilées

 

Reprend ton souffle

Créateur infatigable

Comme une marche sans fin

Heureux d’y être

Sans regret

D’être guidé par le souffle lumière

 

©pascaleaoût2022

Les Gestes

Posté dans : Parole de Chats 0
main com animale cm_dasilva

LES GESTES

 

– Le temps est venu ? M’interroge Mitsi

– De quoi ? Lui dis-je étonnée

– Mais de partir, me répond Mitsi tout aussi étonnée

– Tiens, tu veux partir à un endroit précis sans me le dire ? dis-je

– Mais si, tu sais où aller, continue Mitsi toute aussi insistante

– Ah bon ? Et où dois je aller ? lui dis-je de plus en plus intriguée

– Et bien là où il t’est nécessaire ce jour, me réponds Mitsi

– Comment cela ? Si la question est compréhensible Mitsi où tu m’en dis de trop et pas assez ! Lui dis-je

– Là, nous ne pouvons pas te répondre, reprend Musca, seule toi le sais,

– Mais qu’est ce que vous avez ce jour vous êtes mystérieux, voir inquiétants aujourd’hui ? Leur dis-je

– Tout voyage en toi est. Tu sais ce que tu as à faire pour aller d’un point à un autre dans la vie de tout le jour, celle que tu appelles matérielle, continue Musca. Là il s’agit de toi à toi, de la rencontre de toi à toi

Et je réponds de suite  par : Mais je n’ai pas le temps de faire une méditation,

– Ah les humains, j’aime quand vous tournez en rond ! Là aussi, c’est un voyage et une rencontre de soi à soi. Quand tu pars vers un lieu, pour faire ce que tu as faire d’humain, tu pars où en toi, aussi qu’en fais-tu ? M’interroge Musca

– Je me disais que derrière toute cette interrogation, il y avait bien d’autres choses, dis-je

– Non pas des choses, c’est de toi que nous parlons, précise Mitsi

Tu fais bien des choses, travailler, faire la cuisine, là tu le fais en conscience, du moins, autant que tu le peux. Mais quand tu vas d’un endroit à un autre, toujours dans ton monde d’humain, dis moi où vas-tu exactement dans ta tête ? Comment procèdes tu ?

– Eh bien je sors de chez moi, je monte dans la voiture et je me dirige vers cet endroit pour faire ce que j’ai à faire …. Ce n’est pas vraiment la réponse que tu attendais me semble-t-il ? Dis-je

– En fait, c’est presque ça. Le début est bien mais la fin : pas terrible, comme tu le dirais, reprend Musca.

Je poursuis mon explication par : La fin de quoi ? Je fais ce que j’ai à faire, je prends le temps de regarder, d’observer, en douceur, en conscience quand je demande un renseignement à quelqu’un pour être au présent et présent à lui ou elle. Ce n’est pas la bonne réponse ?

– Toute réponse est juste, tu le sais. Mais je m’en doutais, il manque un bout, finit par dire Mitsi

– Un bout ? Au bout de quoi, lui demandant étonnée,

– Un bout de ton être qui va et vient, continue Mitsi

– Je connais une chanson dont le titre est « ça s’en va et ça revient », dis-je en riant

– Maîtresse, un peu de sérieux, reprend Musca. Quand tu fais les choses, tu es bien concentrée, soit en le faisant, soit en te connectant, nous le voyons bien. Mais quand tu voyages, tu ne le fais pas. Ne proteste pas, nous te suivons là où tu vas.

Maintenant écoute bien : tu vas prendre ta voiture. Là tu penses, tes pensées t’accompagnent dirons-nous, puis tu vas monter dans la voiture, tu t’y installes et ainsi de suite ; mais que fais-tu de ton temps et de ton être dans ce que je viens de décrire? Cela est du vide, vide de sens, non pas dans l’ordre des choses, ni dans le matériel, puisque tu prends une voiture pour aller d’un lieu à un autre. Mais toi, que ressens-tu ? Qu’est ce que ton corps envoie comme signaux ? Es-tu à l’écoute ?

– Tu laisses la porte au vide, poursuit Mitsi. Le vide de tes pensées, utiles ou non, le vide des gestes vide de sens, de précisions, d’effets. De vide de tout puisque ton esprit est ailleurs.

Tu laisses la place à la routine, au machinal, au vite fait bien fait « parce que je suis en retard au travail. »

Le bout de faire les choses dans la matière, même si cela est une routine sans fin, doit être fait en conscience. Parce qu’à chaque pas, chaque geste, tu amènes de l’intention, une intention du geste et donc de la vie dans ce geste. Sinon pourquoi faire un geste sans vie ? Cela est inutile et fatiguant pour toi, finit Mitsi

– Ah oui ! Tout de même, je vois bien. Le fait de mettre de l’intention est une énergie positive dans le but d’amener un mouvement portant une vibration vivante. Ceci apporte aussi un but à chaque geste et non le faire par habitude qui, par ennui, cesse d’exister, dis-je

– Oui tu as fort bien compris, conclut Musca. Le fait de faire ce geste, même si il est indique chaque jour, sera différent chaque fois et t’évitera d’entrer dans la routine. La routine fait que ton esprit s’endort pour laisser la place à des pensées non constructives, de sens sans énergie. Donc plus de routine car chaque même geste ou mouvement peuvent être fait dans la multitude de la différence apportant ainsi vie dans ton geste, ta posture, ton corps et tout autour de toi.

Alors où vas tu ?

– Eh bien, je sors ! Je vais fabriquer de la bonne énergie positive !

– A tout à l’heure ! me disent mes chats

Mitsi et Musca ©2022août

Vacances

Posté dans : Parole de Chats 0
paysage ecosse com animale

VACANCES

 

– Tout va bien maîtresse ? Me demande Musca

–  Oh Musca, bientôt les vacances ! Trop bien ! dis-je

– Les vacances, j’ai bien du mal à imaginer ce que cela est ? Me répond Musca d’un ton interrogateur

– Alors les vacances, soit tu ne fais rien de toute ta journée, soit tu fais ce que tu veux quand tu veux, lui dis-je très enthousiaste

– Ah oui ? Mais c’est ce que tu fais tous les jours, non ? me reprend Musca

– Comment ça tous les jours, j’ai la contrainte du travail, et là, je ne fais pas ce que je veux, lui dis-je. J’ai un temps de départ, de travail puis de retour.

– M’oui, mais après le « travail », tu fais ce que tu veux non ? continue Musca à m’interroger

– Oui, oui, je fais ce que je veux le soir, certes, mais le temps est plus court que si j’étais en congés toute la journée, dis-je

– Le temps plus court, comment cela peut se faire ? Le temps est le temps, interrompt Mitsi. Il n’est pas plus long ni plus court, il avance de manière égale.

– Oui Mitsi, mais tu sais bien quand un humain aime bien ce qu’il fait, il a toujours l’impression que cela passe plus vite, dis-je

– Donc si je suis ton raisonnement : comme tu fais ce que tu veux le soir, le temps passe plus vite … donc tu es en vacances, me dit Mitsi en me regardant d’un œil frisant l’éclat de rire

– Là vous compliquez tout, les cat’s, dis-je. Le soir effectivement, je fais ce que je veux mais dans un temps très restreint. Les vacances c’est sans contrainte « d’aller au travail » et c’est sur toute la journée et sur plusieurs jours de suite, voire en comptant en semaine. Ça, ce sont des vacances. Ce n’est toujours pas clair pour vous ?

– Pour nous les chats, nous avons une autre philosophie de la vie, tu le sais, reprend Musca. Mais là, en tant qu’humain j’ai du mal à saisir.  Tu n’es pas en vacances, en soirée, quand tu fais ce que tu veux ? Tu n’as pas besoin de répondre et justifier tes déplacements, ton emploi du temps … à part à nous bien évidement

– Comment me justifier à vous ? Je vous informe de mes aller et venue. Non mais, n’inversez pas les choses, les cat’s ! Dis-je,

– Nous te taquinons et ça marche à chaque fois, dit Mitsi

Bon alors ces vacances, quand tu es y et quand tu n’y es pas, c’est quoi la différence ? Tu vas et tu viens à ta guise, sans demander notre autorisation, plus de contrainte d’horaires. Chaque soir, tu vis, tu fais les choses qui tu sembles juste et que tu as envie de faire. Et ça, ce ne sont pas des vacances ?

– Les vacances : c’est la liberté toute la journée sans aller au travail et sans y penser jour après jour, finis-je par dire. Plus de travail, plus d’horaire, plus de contraintes, plus de pensées de travail.

– M’ouais mais tu ne vois pas ce que nous voyons, poursuit Musca. Etre « en vacances » dans ton temps libre, en soirée ou dans ta tête, cela doit être la même chose. Tu vis pour toi à ce moment que ce soit 2 heures ou toute la journée, quelle différence ? C’est en faisant une distinction que la différence apparaît. Cela ouvre une fracture et laisse passer toute la lourdeur de la chose.

Mais si tu te dis « ça y est, je suis libre de toutes contraintes », dès la sortie du travail, ta journée serait beaucoup moins éprouvante.

– Ce n’est pas le temps dans la soirée qui est important, c’est ta qualité à t’accorder avec ce temps pour l’apprécier tout autant que « les vacances », continue Mitsi

 C’est à toi d’imprimer en toi ce nouveau mode de vie et tu t’en sentiras plus libre que de penser à un travail contraint

Et tu aurais largement plus de vacances que l’on te fait croire

– Ah oui ? Bon ok, je suis en vacances ce soir, dis-je en m’installant tranquillement sur la terrasse

– A la bonheur !! Disent les chats

Mitsi et Musca ©2022juillet

Le Petit Nuage qui caresse la Montagne

Posté dans : Poèmes 0
mont bugarach com animale

Le petit nuage qui caresse la montagne

 

Le petit nuage tout de aoute vêtu

Tout blanc de neige

Vole dans les airs

Serein, fier et heureux

 

Le petit nuage tout heureux

Tout mousseux

Joue avec les airs chaud froid

Friant de sensation

 

Le petit nuage tout émoustillé

Tout vivifié

Monte et descend dans les airs

De délice et de bonheur

 

Le petit nuage tout rire aux éclats

Tout heureux

Joue avec le temps

Sans prise sur lui

 

Le petit nuage tout éclatant de bonheur

Tout de bonne humeur

Compte moutons et arbres

Sans discontinuité

 

Le petit nuage tout vibrant

Tout chantant

Parle au vent

Passionnément

 

Le petit nuage tout en s’activant

Tout en émotion

Caresse la montagne

De sa main de coton

 

Le petit nuage tout en amitié

Tout en échange

Déverse son être

Toute information des airs

 

Le petit nuage tout ouïe

Tout en accueil

Reçoit le son du géant de pierre

Des roches, des eaux et des terres

 

Le petit nuage tout pris d’émotion

Tout rasséréné

Eclate sa joie de la vie

D’un chant des airs

 

Le petit nuage tout de un avec la montagne

Tout unifié de deux

Echangent les sens de l’Essence

Dans un grand éclat de rire

 

Petit nuage et géante montagne

Pour se faire un s’unissent

Pour donner s’allient

Pour recevoir donnent

 

©pascalejuillet2022

La Danse du Papillon

Posté dans : Poèmes 0
papillon main com animale

La Danse du Papillon

 

Le papillon qui virevolte autour de toi

Est comme toi qui virevolte dans ta vie

Parfois riche de sens

Parfois désorientante

 

Tu ris certains jours

Tu pleures d’autres

Et pour aller dans quel but ?

Le but du sens de la vie ou celui du chemin ?

 

Il virevolte le papillon sans fin

Toujours dansant autour de toi

De ta vie qui danse

D’un pas gai et assuré, pas si sûr

 

Tu ne vois que les sourires

Tu ne vois que les pleurs

Dans un mouvement de larmes

Tu ris de sa danse

 

Il virevolte le papillon d’un instant éphémère

Comme ta vie

Devant l’éternité du temps

Infini à ne plus en finir

 

D’un tournoiement de couleurs

Couleurs d’une vie ou de ton empreinte

Que tu traces sur ta route

Dans le sens de son vol

 

Il virevolte le papillon sans compter

Lui son temps est compté

Mais il sait, il le sait

Que tout recommencera demain

 

 

Libre de tout

De toute contrainte du temps

De l’argent de l’oppression

Sans compter le temps

 

Il virevolte le papillon toutes ailes dehors

Pour te montrer que la vie est une danse

Que c’est à toi d’en donner le sens

D’en donner

 

Il virevolte le papillon pour tant donner

Le goût de vivre de l’instant

D’un puissant passage court et bref

Mais si puissant de l’exaltation de la vie

 

©pascalejuin2022

Lumière

Posté dans : Poèmes 0
soleil mer couchant comanimale

Lumières

 

De ces temps-ci obscurs nait la Lumière

La Lumière que tu es obligé de cultiver

De venir chercher au fond de Toi

Celle qui vient de ton propre Toi

 

La Lumière fusse-t-elle aussi infime qui soit pénètre partout

Quoi qu’il arrive Elle est là

Quoi qu’il t’arrive, Elle te touche avec infiniment de tendresse

Elle t’enveloppe de tout son Etreté

 

Avance sur le chemin, tu es accompagnée

Recule sur ce même chemin, Elle restera à tes côtés

Elle ne te juge pas, mais prends ta main

Toujours scintillante pour te montrer ton chemin

 

©pascalejuin2022

1 2 3 4 6