Temps au Présent

Posté dans : Parole de Chats 0
fleur arc en ciel

Temps au Présent

 

De quoi souris-tu ? Me demande Musca ?
Je réponds :
– Je suis heureuse de vivre ce temps, ne serait-ce pour toi, ne serait-ce pour moi,
– Tu es bien philosophe ce soir, me dit Musca,
– Oh peu ces temps-ci, tu sais Musca, mais j’observe. J’observe le temps changé, j’observe l’air changé, j’observe la lumière changée. Tout se charge différemment, tout s’empreigne différemment.
– Et que vois-tu ? Me demande aussitôt Mitsi,
Et de lui répondre : Le temps n’est qu’un temps mais il est présent. Il ne bouge pas mais change tout le temps et tout à l’allure. Il est ici et ailleurs. Il est là et sur un autre plan. Le temps se distend, accélère sa course mais ne s’emballe pas ; il est lent et vif.
– J’entends que tu appris beaucoup de choses ces temps-ci, si j’ose dire, raconte Mitsi,
– Probablement Mitsi. Mais le fait d’observer suffit. Le temps est comme une symphonie, il est des temps lents, courts, rapides, forts mais tout revient à un seul temps.
– Oui tu as raison, reprend Mitsi. Le temps est pour le moment pris dans un quadrillage bien organisé de votre temps. Vous appelez cela planning, emploi du temps. J’entends que tu observes le temps, tu le comprends et tu le vis. En fait, tu accompagnes ce qui est pour nous le laps de temps entre ici et là-bas ; nous ne voyons pas le fin mais nous ressentons les changements de rythmes, les mouvements. Cela nous permet de nous accorder, accorder à la vie d’un temps, au rythme de la Terre Mère et aux Univers.
– Tu vois ton royaume n’est pas loin, ton havre de paix, poursuit Musca, car le temps se fait dans un temps mais de multiples vies que tu vis en une seule ; Il ne s’agit pas de te faire des nœuds dans la tête pour comprendre chaque instant, mais de prendre conscience. En fait, c’est la conscience du temps au présent. C’est vivre libre au temps présent qui n’engendre aucune peur du lendemain, car tout est présent,
Pourquoi allez chercher plus loin ? Cela est simple non ?
– Tout à fait, dis-je en conclusion

 

Mitsi et Musca ©2021septembre

Ce monde n’est pas le tien

Posté dans : Poèmes 0
tournesol abeille com animale

Ce monde n’est pas le tien

 

L’instant de ce monde n’est pas le tien,

Le tien tient compte de ta vie,

De tes mœurs, de ton temps,

 

Ton monde s’adapte à tout,

S’éprend de tout,

S’envole de  toi

Agit à ton rythme

 

Là où tu t’épuises, tu tombes

Là où tu t’arrêtes, tu meurs

Là où tu vis, tu t’épanouis

Là où tu créés, tu renais

 

C’est ce monde que tu dois habiter

C’est ce monde que tu habites

Et c’est ce monde que tu crées

Parce que tu en rêves tant

 

Ne contrôle rien

Il n’est pas nécessaire de commander

La juste mesure de ce monde se fera à son gré

Et rien qu’à lui,

 

Car vivre, c’est toi

Car vivre ici, il le faut

Car vivre ce temps, il est important

Car vivre dans ce temps, il est présent

 

Vis chaque instant que tu peux

Stressant, bloquant,

Aimant, bougeant,

Mais n’arrête pas de vivre

 

La fuite du temps n’est qu’un leurre

Tu ne peux rien fuir, ni partir

Alors vis pour toi

Alors vis pour ton futur, ici et maintenant

 

©Pascale2021septembre

Contrariété

Posté dans : Parole de Chats 0
pluie com animale

Devenir à Venir

 

Mitsi m’interpelle sur les « nouvelles » à la télévision :

– Que regardes-tu ?

– Les supers bonnes nouvelles du jour, dis-je ?

– M’oui soit, mais ton avenir ? Répond Mitsi,

– Oh mon avenir, je l’imagine fort bien mais pas du tout dans les clichés que l’on veut bien nous vendre. Et toi ? Que souhaites-tu ?

Mitsi incline la tête et me répond :

– Les animaux ont des rêves simples, non complexes comme un humain. S’attarder sur le devenir du monde ou de ma propre personne, n’a pas de sens. Il s’agit plus de savoir de devenir ou de venir.

– La subtilité est forte, Mitsi. Mais je suppose que ce sens n’est pas le même pour vous que pour nous.

– Très juste, Maîtresse. Le devenir pour nous n’est point de nous transformer d’un état en un autre, mais de venir à la rencontre est le chemin de notre âme.

Et moi de lui répondre :

– Tu laisses une grande place à la découverte,

– Je peux te répondre aussi par : c’est passer de l’avenir en partir mais partir de quoi d’un état ou d’une cause ? Le tout se fait sous le contrôle du soi qui lui n’est pas au présent mais est un ensemble d’états ou d’expériences (pour un humain) et non de la vérité de l’expérience. Tu me suis ? Me demande Mitsi,

– Oui à peu près. Mais tout être est expérience multiple, comment ne pas s’y référencer ?

– La référence, intervient Musca, est ce que tu fais de ton expérience, de la vivre, de la comprendre, d’en prendre son essence et d’intégrer la quintessence. Non point d’y revenir et de la mâchouiller comme une vieille peau sans goût, ou plutôt si, avec un goût de ronce à ne pas y revenir. Mais l’humain étant tenace, …

– Oui je comprends la suite, dis-je en souriant,

– C’est pourtant simple, poursuit Musca, une expérience bonne ou mauvaise est.

C’est de venir à l’expérience qui fait de toi ce que tu es et t’enrichit. C’est de la traverser comme on traverse une averse ou une pluie. Tout est relatif en fonction de l’expérience de la rencontre avec cette pluie. Mais cette pluie ne dure qu’un instant, puis reviendra à un autre moment, puis à un autre, encore et encore. Pour nous chaque pluie est différente, passant d’un venir à la pluie pour devenir la pluie. Là est tout la subtilité de l’expérience.

– En effet, là c’est beaucoup plus clair, merci les chats !

 

Mitsi et Musca ©2021juilletaoût

A venir

Posté dans : Poèmes 0
Desert com animale

A Venir

 

Du devenir en avenir

De rester là à partir

De s’échapper à voler de tes propres ailes

De rendre les armes à vivre ta Lumière

 

Prends ton à venir en main

Pour être ton bien Être

Prends ton envol

Pour vivre ton soi

 

Vis la vérité en toi

Pour pourfendre la muraille du sombre

Souris en Toi

Pour donner vie à toute chose

 

Rêve ton avenir

Pour être dans la vie

Répands la Lumière

Pour être

 

Dis ces mots

Pour ne plus être sourd à la Vie

Touche avec tes mains

Pour ne plus jamais te délasser de l’autre

 

Chante à la vie

Pour entendre notre voix

Imagine ton Cœur

Pour me dire je t’aime, toi l’être vivant que tu es

 

©Pascale2021juilletaoût

Contrariété

Posté dans : Parole de Chats 0
chat balustrade com animale

Contrariété

 

Je vis au cœur du vent, qui suis-je ?

Je vis au cœur de la tempête, qui suis-je ?

Je vis au cœur des fleurs, qui suis-je ?

Je vis en ton cœur, qui suis-je ?

 

De guerre lasse, je me suis arrêté au creux d’un nid de bois

Entouré de brumes et de bruyères

L’arbre m’accueillit pour me reposer,

Je suis d’ici et d’ailleurs

Je suis ici depuis tant de temps

 

Je fais ma route à travers tes siècles, à travers tes vies

Moi qu’il te semble très peu me connaître ou si peu

Et pourtant, je t’accompagne chaque jour sur ton chemin

Toi qui erre dans la solitude des villes

Toi qui te perd dans tes vies mornes

 

Vient me retrouver mon ami,

Nous qui sommes amis depuis tant d’années

Je sais que nous allons enfin nous retrouver

Tu auras changé dans tes cicatrices de vie

Toi dans cet élément de bribes de passés, d’expériences tronquées

 

Moi j’aurai évolué avec les forces de la vie

Les forces de terre

Des quatre coins de la planète

Toujours en mouvement

Toujours au service de la vie

Je te l’avais dit : Nous nous retrouverons un jour

De ton regard triste à la croisée de chemin quand nous nous sommes séparés

De ton regard triste de ce jour où tu vis ta vie te demandant mais vers quel chemin ?

De ton regard et de mon regard bientôt renoués

Tu retrouveras ce qui est toi, ce qu’est ta force, ce qui te pousse à vivre encore et encore

 

Mon ami, enfin te voilà

Je prépare mon cœur à chaque instant

A ces retrouvailles, à ces joies enfin de nous reconnaître

L’oubli d’un instant n’est pas éternité

Qui de nous sera le plus heureux de ces retrouvailles ?

De la nouvelle vie qui coulera enfin dans tes veines

De la nouvelle opportunité du sens du partage partagé en ton cœur,

Enfin nous pourrons nous raconter nos vies

Autour de ce nid de bois

Fait d’un tapis de brumes et de bruyères

 

Viens mon ami,

Il est temps de nous asseoir et de nous conter.

 

Mitsi et Musca ©2021juin

Brumes et Bruyères

Posté dans : Poèmes 0
forêt magique com animale

De Brumes et de Bruyères

 

Je vis au cœur du vent, qui suis-je ?

Je vis au cœur de la tempête, qui suis-je ?

Je vis au cœur des fleurs, qui suis-je ?

Je vis en ton cœur, qui suis-je ?

 

De guerre lasse, je me suis arrêté au creux d’un nid de bois

Entouré de brumes et de bruyères

L’arbre m’accueillit pour me reposer,

Je suis d’ici et d’ailleurs

Je suis ici depuis tant de temps

 

Je fais ma route à travers tes siècles, à travers tes vies

Moi qu’il te semble très peu me connaître ou si peu

Et pourtant, je t’accompagne chaque jour sur ton chemin

Toi qui erre dans la solitude des villes

Toi qui te perd dans tes vies mornes

 

Vient me retrouver mon ami,

Nous qui sommes amis depuis tant d’années

Je sais que nous allons enfin nous retrouver

Tu auras changé dans tes cicatrices de vie

Toi dans cet élément de bribes de passés, d’expériences tronquées

 

Moi j’aurai évolué avec les forces de la vie

Les forces de terre

Des quatre coins de la planète

Toujours en mouvement

Toujours au service de la vie

Je te l’avais dit : Nous nous retrouverons un jour

De ton regard triste à la croisée de chemin quand nous nous sommes séparés

De ton regard triste de ce jour où tu vis ta vie te demandant mais vers quel chemin ?

De ton regard et de mon regard bientôt renoués

Tu retrouveras ce qui est toi, ce qu’est ta force, ce qui te pousse à vivre encore et encore

 

Mon ami, enfin te voilà

Je prépare mon cœur à chaque instant

A ces retrouvailles, à ces joies enfin de nous reconnaître

L’oubli d’un instant n’est pas éternité

Qui de nous sera le plus heureux de ces retrouvailles ?

De la nouvelle vie qui coulera enfin dans tes veines

De la nouvelle opportunité du sens du partage partagé en ton cœur,

Enfin nous pourrons nous raconter nos vies

Autour de ce nid de bois

Fait d’un tapis de brumes et de bruyères

 

Viens mon ami,

Il est temps de nous asseoir et de nous conter.

 

©Pascale2021mai

Moustique

Posté dans : Poèmes 0
moustique com animale

Moustic

 

Je suis Moustic

Je suis le pic au vif

Je suis le hic à vif

Du pic qui te pique

Du hic qui te tique

Du pic que tu détestes

Du hic qui te gratte

 

Le pic des douleurs

Le hic des pleurs

Le pic de l’ingratitude

Le hic de sang gratté

Le pic de la surprise

Le hic de la nuit

 

Le pic qui pique

Pique et repique

Vite le baume qui tombe à pic

Vite le soulagement du hic

Mais en fait, qu’est-ce qui me pique ?

Toi ? Ou la douleur de ma vie ?

 

©Pascale2020août

Observer, c’est connaître

Posté dans : Parole de Chats 0
chat com animale

Observer, c’est connaître

 

Musca allongé sur le balcon m’observe.

” Que fais-tu de ta journée ? me dit-il,

“Je dois en faire quelque chose ? répondis-je,

“Oui, le fait d’observer est formateur. Le fait d’écouter est formateur. Pourquoi courir

après une science, tu as tout sous les yeux. Ai-je besoin d’aller loin pour connaître le

monde ? Pas vraiment, j’observe ici et au présent. Il est à tout à chacun de le

connaître pour reconnaître sa beauté et de connaitre sa propre beauté.”

 

Musca ©2020août

Maître Corbeau

Posté dans : Poèmes 0
corbeau com animale

Maître Corbeau

 

Maître Corbeau sur un arbre perché m’entend râler.

– Que dis-tu, dit-il ?

– Of rien, dis-je !

– Mais à quoi bon de râler, dit-il ?

– Of rien, dis-je !

– Mais à quoi bon de rien, dit-il ?

– Of rien de rien, dis-je !

– Rien n’est rien et rien est tout

 

Prends garde à son sens et son contraire.

Contraire d’un sens, sens à l’envers, sens à l’inverse et verse tes sens,

Sens d’une vie, d’une fois, d’une sensation,

Ta sensation à toi survit et s’étend,

Elle gagne le temps, se répand, se distend.

Qui se détend, toi ou la colère, dit-il ?

– Eh bien ! Les deux, répondis-je !

– À quoi bon, tu ne sais rien de rien et tu râles !

À quoi bon, râle pour quelque chose,

Offusque-toi de l’injustice !

Mais de rien ! Qu’est-ce que le rien, dit-il ?

 

Maître Corbeau perché sur un arbre,

Attend sa revanche, revanche de vie,

Revanche de frustration oubliée, n’est-ce rien ?

Eh bien ! Rien de rien,

Le temps et l’oubli se passent

Mais l’égo ne s’y lasse guère

Contraint à l’oubli,

Rétrécit son champ pour l’instant,

Mais ne s’en laisse compter

Te resservira l’oubli à quelques moments sans bruit.

 

– Alors, dit le corbeau ? Que fais-tu ?

Râles-tu toujours à l’oubli ? à ton oubli ?

Est-ce utile à ta vie ?

Que l’encombres-tu, d’oublis ou de vivants ?

Choisis et qui rira, verra

Article et Animaux

Se verra tout court.

 

Dans mes yeux surpris du discours,

Du rappel, rappel à l’ordre, rappel à moi,

Rappel en dedans, rappel frustrant.

– Frustrant, dit-il, n’est-ce pas ?

Ce rappel encombrant qui teinte l’oubli sans y conter mais y rester.

– Que dis-tu, dit-il ?

– Of rien, l’instant se passe et trépasse afin de s’ouvrir au levant,

Au levant d’une vie sans toise de l’oubli, dis-je !

– Que dis-tu, dit-il ?

– À ce que je vois, j’entends les trépas des confins des monts enneigés

Se disloquer en un flux de lumière,

Lumière croissant dans la conscience du moi,

De mes gestes, de mes pensées.

Et là, il sourit.

©Pascale2020Juillet

L’Unité

Posté dans : Parole de Chats 0
chat noir com animale

L’Unité

 

Un soir où je m’interrogeais sur mon “futur”, Mitsi me répondit :

” La vie est sans fin pour nous, pourquoi s’en faire ?

Tu cours après quoi ? Le temps ? Moi, je vois la vie, entre nous deux, entre nous trois.

Ce délice qui est le nous et non l’unité. Vis et expérimente, cela est ton chemin. Tu

réfléchiras plus tard.”

 

Mitsi ©2020juillet

1 2 3